Vie aux os desséchés

John est un jeune chrétien de 20 ans. Passionné de football, il avait toujours rêvé de devenir footballeur professionnel, jusqu'à il y a environ deux ans, lorsqu'il est tombé malade. Il vivait avec sa tante à Port-au-Prince mais est revenu à Port-de-Paix l'année dernière lorsque ses symptômes ont commencé à s'aggraver. Il était constamment fatigue et perdait beaucoup de poids. Des abcès se sont apparus sur sa colonne vertébrale et il avait mal au dos.


Au début, son père a catégoriquement refusé de l'emmener à l'hôpital, croyant que sa maladie était la preuve d'une malédiction. John l'a finalement convaincu de lui permettre de recevoir des soins médicaux dans un hôpital. Peu de temps après être arrivés à cet hôpital, leurs ressources se sont épuisées. Aucun soin des plaies pendant des jours, traitement interrompu et la faim. John serait laissé sans surveillance tandis que son père irait essayer de trouver des petits travaux ici et là.

Un jour, un pasteur de son quartier a effectué une visite à l'hôpital où se trouvait John et a promis de l'aider. Après une collecte de fonds, il a été décidé de l'amener au CMB pour une meilleure prise en charge. John, incapable de marcher, a ensuite été transporté allongé à l'arrière d'une voiture jusqu'à notre salle d'urgence. Les membres de l'église du pasteur se sont relayés pour rester avec lui à l'hôpital afin que son père puisse aller trouver du travail.

Un diagnostic de tuberculose a été établi et au tout début de la prise en charge, il a montré une amélioration significative. La tuberculose, considérée comme l'une des principales causes de décès dans le monde, est assez répandue ici en Haïti. Bien que les services de traitement de la tuberculose soient fournis gratuitement via l'aide gouvernementale au CMB, d'autres facteurs tels que la sécurité financière et alimentaire auraient pu deteriorer son état de santé. Que Dieu soit loué pour les bonnes dispositions qu’il inspire dans le cœur de nos supporters qui contribuent au Fonds des Pauvres pour garantir que des patients comme John puissent continuer à recevoir des soins appropriés, quelle que soit leur situation financière.


John est la preuve vivante que Dieu donne littéralement vie aux os desséchés. Il suit son traitement très bien et prévoit de retourner à l'école lorsqu'il sera complètement rétabli.


J'aime cet hôpital parce que les médecins n’abandonnent pas leurs patients.

Il se souvient d'avoir été malheureux avant que Dieu n'envoie ce pasteur pour le trouver. Il se souvient d'avoir désespérément prié Dieu de lui montrer sa miséricorde et sa grâce parce qu'il se sentait si attristé allongé sur ce lit d'hôpital, nu, affamé, seul et oublié.

Se mettre à marcher à nouveau sans l’aide de personne est un miracle de Dieu et je veux dire au monde ce qu'il a fait pour moi », dit John, les larmes aux yeux.