top of page

Kiki

Vous ne devinerez peut-être jamais en regardant cette photo, mais Kiki était dans le coma pendant deux semaines. Il a été transporté en urgence à l’hôpital, ayant développé des complications liées au choléra. Il était déjà allé dans un centre de santé et au lieu de s'améliorer, son état ne cessait de se détériorer chaque jour et très rapidement.

Quand Kiki est arrivé à CMB, il était gravement déshydraté, sa peau avait perdu de son élasticité et ses pieds étaient gonflés. Le temps pressait et les médecins ont dû travailler très rapidement pour le stabiliser. Kiki a été placé sous perfusion pour reconstituer les fluides perdus de son corps.

Pendant plusieurs jours, il est resté inconscient, luttant contre l'infection mortelle. Mais Kiki s'est avéré être un combattant. Après plusieurs semaines de traitement intensif, il a commencé à montrer des signes d'amélioration. Lentement mais sûrement, il a repris conscience. L'hôpital lui a fourni une alimentation thérapeutique pour l'aider à pallier ses carences nutritionnelles.


La mère de Kiki, Isemène, dit que Kiki est un témoignage vivant ! Elle se souvient que ses voisins pensaient qu'il n'y arriverait pas et allaient même jusqu'à dire que s'il se rétablissait, ils commenceraient à suivre Christ comme elle le fait. Aujourd'hui, Kiki peut parler, s'asseoir et se lever seul et chanter. Son plat préféré est le poulet frit (ou kwis poul comme il aime l'appeler). Il est heureux de rentrer chez lui et ne voulait pas rester à l'hôpital une minute de plus qu'il ne le fallait (d'où la photo grincheuse).


Isemène remercie Dieu d'avoir pu venir à CMB à temps et que les médecins et les infirmières ont si bien pris soin de son fils malgré ses difficultés financières. Elle est reconnaissante envers les merveilleux donateurs qui les ont aidés à payer leur facture d'hôpital. Elle prie pour que Dieu continue à bénir le Centre Médical Beraca.


Bien que le choléra et la malnutrition restent une menace importante en Haïti, l'histoire de Kiki prouve qu'avec un traitement rapide et des soins appropriés, même les cas les plus graves peuvent être surmontés.

Comentarios


bottom of page